De la nécessité d'être redevables

Lorsque j’ai pris la décision de mettre ma vie en œuvre avec et pour Dieu, j’ai commencé une « DISCO » (DIScipleship COvenant - alliance de "discipulat") avec trois amis. Notre but était de se partager nos défis respectifs, de se confesser l’un à l’autre et de se donner un droit de regard sur nos vies. S’ouvrir à l’autre sur nos zones d’ombres est un immense défi, peut-être même plus encore avec des proches. Mais la récompense n’en est que plus grande.

Etre redevable c’est bien, mais c’est vaste, alors qu’est-ce que ça veut dire ?
Nous devrons tous rendre des comptes à Dieu. Nous sommes tous redevable envers notre patron sur le travail accompli. Certains ont un mentor ou sont mentors. Et puis il y a des relations de pairs, comme cette « DISCO ». Il existe encore bien d’autres formes de redevabilité, mais restons sur ces cas-là. Dans tous ces exemples, la redevabilité est là, mais la réciprocité et les attentes ne sont pas les mêmes, et heureusement. Dieu ne nous doit rien, alors que nous lui devons tout. Un patron n’a pas de compte à rendre à son employé sur ce qu’il fait mais il lui donne un salaire. Un mentor, partagera ses défis avec son propre mentor et donnera autre chose à son disciple. En revanche, la réciprocité dans une relation de pair devrait, à mon sens, être la même. Ces quatre relations sont importantes, voir indispensables, et se doivent d’être gérées avec honnêteté et transparence à la lumière de la Parole. En somme, en étant redevable, nous prenons la décision de rendre des comptes aux personnes à qui nous offrons un accès à nos vies. 

Maintenant,  portons un focus plus précis sur cette quatrième relation, la relation de pair. Dans l’épitre de Jacques, au chapitre 5, verset 20 il est écrit : « Avouez-vous vos fautes les uns aux autres et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La prière du juste agis avec une grande force. » De même, l’Ecclésiaste nous dit au chapitre 4, les versets 9 et 10 : « Il vaut mieux être deux que tout seul, parce qu’à deux on retire un bon profit du travail. En effet, en cas de chute, l’un relève son compagnon, mais malheur à celui qui est seul et qui tombe sans avoir de proche pour le relever. » Et puisque deux ne va jamais sans trois, voici un troisième passage, Hébreux 3:11-13  : « Faites attention, frères et sœurs : qu’aucun de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule qui le détourne du Dieu vivant. Au contraire, encouragez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : « aujourd’hui », afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse, trompé par le péché. » Ces trois passages, écrits dans des contextes d’époques et pour des publics différents, parlent d’une redevabilité réciproque et nous disent la même chose : Ne restons pas seul ! Nous avons besoin les uns des autres pour s’avouer, se relever et s’encourager.


Pour tendre au caractère de Dieu, il est impératif de se laisser bousculer, de se remettre en question et d’être prêt à changer. L’Homme se voit bien trop beau pour espérer pouvoir changer sans l’aide de son prochain. Je suis convaincu que ce changement doit passer par de la redevabilité réciproque ! 

Etant quelqu’un de plutôt introverti, je ne parle pas très spontanément de ce que je vis. Un jour, alors que nous vivions un moment de partage, j’attendais justement de recevoir des questions précises pour parler de moi. Je me suis pris une claque : « Pourquoi tu ne parles pas de toi ? Tu as honte d’être toi ? »


Cette parole n’était pas agréable à entendre, mais elle était remplie d’amour et elle fait son chemin, encore aujourd’hui. Je lui ai donné le droit de me bousculer, qu’aurais-je pu dire ? Si nous n’avions pas été redevables, elle n’aurait peut-être pas osé me le dire, ou alors je me serais probablement braqué en rejetant cette parole. Mais parce que nous l’étions, je peux espérer grandir encore sur cet aspect de ma vie. 

Il est évident que la redevabilité ne fait pas tout. La relation personnelle avec Dieu, la lecture de la Parole (entre autres) sont également indispensables. De plus, tous ces éléments sont vains sans l’Esprit de Dieu qui agit en nous. Depuis que je donne un accès à ma vie et que je me laisse être confronté à ma propre nature, celles-ci tendent à s’approcher toujours plus de Dieu. S’ouvrir demande des efforts, il faut parfois se faire violence. En ouvrant la porte, il est possible de découvrir des dons nouveaux, des traits de caractère incroyable et encore bien d’autres cadeaux. Les zones d’ombres et les impuretés sont, elles, misent à la lumière de Christ pour être déracinées. Au travers de la redevabilité, nous avons un outil fantastique pour acquérir des victoires que l’on n’oserait imaginer en étant seul. Utilisons-la !

Nicolas